J'ai entamé la lecture du second livre een espagnol que mon ainée m'a ramemé de son dernier séjour à Madrid : il s'agit du roman de Arturo PEREZ-REVERTE, paru en 2019  chez les éditions DEBOLS!LLO sous le titre "HOMBRES BUENOS" dont l'action se déroule dans les néees 1780 en Espagne..

Hombres-buenos

Et j'ai  trouvé à la page 35 de cet ouvrage le passage suivant : 

"Y en aquel tiempo, divergencias que mas atrde se revelaraan terribles para nuestra historia se perfilaban ya con ceierta niditez:.

un  grupo animado de confianza, de generosa ardor, con fe en progrese y la educacion, cenvencido de que para hacer a los puebls félices era préciso ilustrarlos.

Otro, petrificado  en su ignorancia deliberada, en su indiferencia hacia la modernidad y las luces, instalodo en el odio à lo nuevo.

Y todos los indecisos y oportunistas que, segun las circonstancias, se agrupan en torno a la gente honesta de uno y otro lado:"

Je vais tâcher de traduire du mieux que je peux  ce texte 

"Et en ce temps là, des divergences ce profilaient avec une certaine netteté, qui plus tard se révéleront terribles pour notre histoire: 

Un groupe animé de confiance, d'ardeur généreuse, avec foi dans le progrès et l'éducation, convaincu que pour rendre les peuples heureux il est nécessaire de les "illustrer".

Un autre, scélorosé dans son ingorance délibérée, dans son indifférence envers la modernité et les lunières, installé dans la haine de la nouveauté.

Et tous les indécis et les opportunistes qui, elon les circonstances, se reproupent autour des personnes hon^tes de l'un ou de l'autre bord."

En soi, le texte n'est pas d'une particulière importance...Il nous replace dans une Espagne de la fin du XIXème siècle encore sous le poids énorme de l'église sur la vie du pays, aussi bien quotidienne que intellectuelle et même scientifique.face à une Esapgne qui voit de loin l'Europe des Lumières commencer à s'émanciper   .

Pourtant un,mot m'a interpellé dans ce texte : l'auteur parle de "ILLUSTRER" les peuples ...Bien sûr, le sens de ce mot dans ce contexte n'est pas celui que lui donne la langue commune ..J'ai cherché et grande fut ma surprise de découvrir qu'en cette fin du XVIII(me siècle - quand la France vivait ce qu'on avait appelait "le siècle des lumières", avec DIRDEROT et son Encuclopédie, ROUSSEAU et son CONTRAT SOCIAL, MONTESQUIEU et son ESPRIT DES LOIS, VOLTAIRE et on DICTIONNAIRE PHILOSOPHIQUE, et tant d'autres noms qui ont  mené la contestation sociale, la lutte contre l'injustice, le combat politique et la dénonciation de l'ignorance et de l'intolérnce - l'Espagne aussi a connu une période similaire!

On a doné à ce mouvement de renouveau intellectuel et politique le nom de "ILUSTRACION" , le pendant du mouvement des Lumières qu'à connu la France quelques décénies plus tôt.

Je m'arrête un moment et je me pose la question : quand donc aurons-nous, nous les marocains, nous les arabes, nous les musulmans, notre mouvement d'émancipation, notre siècle d'illustration, notre période des lumières?

Quand donc allons-nous nous libérer des carcans sociaux et religieux qui nous ankilosent, qui freinenet notre développement intellectuel, qui brident notre créativité artistique, qui nous figent dans des shémas culturels et moraux d'un autre temps?

Bien sûr, me direz-vous, nous avons eu nos "nahda" au XIXème ! Mais qu'en avons-nous fait ? Pourquoi ce mouvement de renaissance s'est transformé au fil du temps en mouvement pronant le repli sur soi, et à abouti à l'obscurantisme actuel? 

Bien sûr, l'histoire des pays et des sociétés ne se duplique pas : mais elle permet de  servir de leçons et ainsi d'avancer, ! 

Quand donc aurons-nous nos "lumières", notre "ilustracion", bref notre épanouissement social et culturel?