CITOYEN HMIDA

16 juillet 2018

DESCHAMPS OFFRE A LA FRANCE SA DEUXIÈME COUPE DU MONDE DE FOOTBALL

La France vient de remporter la Coupe du Monde de la FIFA 2018 : personnellement, je m’en fiche complètement, l’équipe de France n’étant pas ma préfèree parmi les équipes internationales, j’ai plus de sympathie par exemple pour les italiens.

Pourtant, cette victoire m’est plutôt agréable quand je pense à Didier DESCHAMPS, le sélectionneur français qui a su mener son équipe jusqu’au toit du monde footballistique! Ce n’était pas gagné d’avance!

Il en a fallu du travail à cet homme pour arriver à son objectif, de la ténacité, du travail, du travail et encore du travail….Du sérieux, du sérieux et toujnours du sérieux….De la rigueur, de la rigueur et encore plus de rigueur!

Didier DESCHAMPS n’est pas du genre flamboyant, il ne l’a jamais été et il n’y avait aucune raison pour soudain, en tant que sélectionneur de l’équipe de France, il le devienne.

Cet homme est un travailleur avant tout et un homme de caractère : il l’a prouvé dès son plus jeune âge. Il suffit de parcourir sa biographie pour s’en assurer : aussi bien en tant que joueur qu’en tant qu’entraîneur. Il se fixe un objectif et il travaille pour l’atteindre : un fois atteint cet objectif, il passe à autre chose!

La victoire de la France dans cette coupe du Monde de la FIFA 2018 – où les grandes nations ont fait défaut comme l’Italie et où d’autres grands favoris se sont vite éclipsés comme l’Espagne ou bite éteints comme le Brésil – est finalement la victoire personnelle de Didier DESCHAMPS qui a su choisir les joueurs sur les quels il pouvait compter, à qui il a accordé son entière confiance, des joueurs prêts à l’écouter et le suivre.

Choisir “le porteur d’eau” Olivier GIROUD et négliger “l’étoile” Karim BENZEMA a été un acte d’un grand courage mais Didier Deschamps n’en a cure : il savait exactement de qu’il voulait.

Il a subi les critiques les plus acerbes, à la veille même de cette finale que son équipe a remportée : des journalistes français lui reprochaient le manque de “spectacle” et de “panache”. Didier DESCHAMPS n’est pas un homme de spectacle, il n’est pas directeur artistique de l’équipe de France, sont rôle était de faire gagner les Bleus et de ramener éventuellement la Coupe du Monde!

Il a réussi son pari et sa mission grâce à son travail et sa compétence : dans le monde du football où l’argent, la publicité, la “poeplelisation” et la “strarisation” ont remplacé le talent, Didier DESCHAMPS a tracé son chemin et est parvenu à ce qu’il voulait.

Bravo Didier DESCHAMPS !

Posté par citoyenhmida à 07:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 juillet 2018

La marche du 15 juillet

L’association ALD WAL IHASNE a organisé ce dimanche 15 juillet 2018 une marche pour soutenir le Hirak du Rif et pour protester contre les verdict prononcés en première instance contre Nasser Zafzafi et ses camarades.

Je voulais être sur place pour savoir exactement ce qu’il en sera de cette marche, car je ne fais pas confiance aux médias nationaux et encore moins aux médias électroniques.D’ailleurs, aux journaux télévisés de l’après-midi, je ne pense pas que la OULA, ou Médi1 TV ou 2M aient fait référence à cette marche!

Que dire donc de cet événement, car toute marche pilotée par ALD WAL IHSANE est un événement en soi.

D’abord, il n’y a pas eu la foule qui généralement participe aux appels de cette association! Les marcheurs étaient nombreux, les marcheuses aussi, mais cela n’avait rien à voir avec les marches précédentes en soutien notamment avec la Palestine ou l’Irak. La tête de la manifestation était à l’angle des boulevards Hassan II – Mohamed V et la queue sur la place Bab Had ..

Mais on note toujours l’extrême discipline des manifestants adlistes !

Les rangs sont respectés au centimètre, les femmes sont séparées des hommes, les chauffeurs de foule ont un répertoire bien rodé de slogans! Bref du grand art dans la manière de mener les foules!

A signaler que des militants distribuaient gracieusement des verres d’eau aux marcheur/ses et des jeunes filles avec une chasuble verte étaient chargées de ramasser les bouteilles vides, les tracs froissés et autres saletés , bref de faire le ménage !

Il y avait même quelques petites surprises, pour égayer la marche : comme ce couple de français avec leur petit chien et un tee-shirt portant le nom d’une association marseillaise de défense des droits des animaux!

Ou encore quelques paumés du Mouvement du 20 février, quelques militants de ATTAC qui vendaient un petit livre sur le Hirak du Rif – il n’y a pas petits profits – et quelques militants de AMNISTY INTERNATIONAL.

Qulequles manifestants s’étaient muni de casseroles et cuillères et ont essayé d’imiter sans grand succès les “caceroladas” (concert de casseroles chers aux manifestants espagnols).

Il semblerait que Nabila MOUIB et Omar BAKLAFEEJ étaient en tête de file avec Mohmaed ABADI : les extrêmes se rejoignent surtout quand la cause est porteuse.

Mais ce qui m’a interpellé de la façon la plus violente c’est le nombre de drapeaux amazgh, la présence de plusieurs drapeaux de la supposée république du Rif et les drapeaux noirs de sinistre référence, alors qu’aucun drapeau national n’a été levé.

Pourtant, les slogans hurlés avec une conviction certaine par les manifestants faisaient référence à UN SEUL PEUPLE et à UNE SEULE PATRIE et qu’ils vilipendaient les supposés SÉPARATISTES sans que l’on sache qui étaient visé.

Une marche c’est d’abord un symbole et le symbole de l’unité nationale manquait à cette marche.

ADL WAL IHSANE a peut-être montré aujourd’hui qu’il pouvait toujours mobiliser du monde mais il faut reconnaître que les cinq, six ou même dix mille personnes battant l’asphalte à Rabat ce dimanche matin sont peu de chose à ce que les adeptes de >Cheikh Yassine pouvaient réunir il y a quelques années!

Posté par citoyenhmida à 14:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le match de classement : petit en-cas sans intérêt!

En cet après-midi d’un samedi de juillet, à Saint-Petersboroug, l’équipe de BELGIQUE de foot-ball a battu l’équipe d’Angleterre par un 2 à zéro, clair et net!

On peut dire que les moules-frites sont battu les fish-and-chips….De toutes façons, les deux en-cas sont sont aucun intérêt….Et personne ne se souviendra d’eux.

Posté par citoyenhmida à 06:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 juillet 2018

Le match de classement : petit en-cas sans intérêt!

En cet après-midi d’un samedi de juillet, à Saint-Petersboroug, l’équipe de BELGIQUE de foot-ball a battu l’équipe d’Angleterre par un 2 à zéro, clair et net!

On peut dire que les moules-frites ont battu les fish-and-chips….De toutes façons, les deux en-cas sont sont aucun intérêt….Et personne ne se souviendra d’eux.

Posté par citoyenhmida à 21:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 juillet 2018

Les 1/2 finales en demi-teinte

On arrive enfin à la fin de cette Coupe du Monde de la FIFA 2018 !

La finale verra donc – pour la troisième fois de son histoire – l’équipe de FRANCE qui a eu du mal à se débarrasser d’une équipe de Belgique usée et presque démotivée.

Match en demi-teinte, sans génie, sans passion, avec une Belgique qui monopolise le ballon que lui laisse la France mais qui ne sait pas quoi en faire …

Les français sont heureux…Ils pensent à 1998…Ils veulent oublier 2006, le coup de boule de Zidane et la défaite face à l’Italie.

Face à la France, se dressera la fière CROATIE qui a sorti l’Angleterre après un match dur de 120 minutes, où le spectacle n’était pas le souci principal des joueurs! L’équipe le plus lucide a gagné.

Donc une finale inattendue, sans grand prestige, mais qui aura un goût de revanche du Mondial 1998 où la France avait éliminé la Croatie en 1/2 finale avant de s’emparer du trophée!

L’histoire se répétera-t-elle….ou pas ?

Posté par citoyenhmida à 06:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 juillet 2018

Le soldat marocain Adam est en fait le colonel français Chabert!

Dans QUAND ADAM A DECIDE DE VIVRE, paru en 2012 chez les éditions La Croisée des CheminsRachid KHALESS, professeur de littérature à l’Université Mohamed V, poète, artiste, s’est essayé au roman en choisissant le thème de la quête de sa propre identité perdue.

Dans ce roman, le soldat Adam Maarouf, déclaré mort les autorités militaires marocaines, revient dans sa ville
après une longue une longue captivité dans les geôles du Polisario et éprouve toutes les difficultés imaginables à retrouver son identité.

Ce thème est récurrent dans la littérature universelle. Par ailleurs, le cas précis du militaire porté disparu, qui réapparaît, tente de revivre, avant de sombrer dans la folie, a été abordé par Honoré de BALZAC dans “Le colonel Chabert“. Ce court roman du grand écrivain français ne pouvait, à mon sens, être inconnu de Rachid KHALESS, agrégé de littérature française.

Un retour rapide sur le texte de l’auteur de la Comédie Humaine permet de préciser les faits : je ne sais si l’on peut parler de “plagiat” mais le doute est plus que permis.

Chabert est déclaré mort après la bataille napoléonienne d’Eylau et Adam prisonnier du Polisario est rayé de la liste des vivants.

On trouve un avoué dans les premières pages du texte de Balzac et un avocat dans celui de Khaless.

Chabert veut récupérer sa femme et Adam ne veut pas perdre la prostituée qu’il fréquente.

Le colonel français se bat pour sa dignité et le soldat marocain pour son identité.

L’un et l’autre basculent dans la folie : Chabert meurt dans un asile et Adam devient terroriste.

Les périodes historiques décrites sont complexes (Restauration française et règne de Hassan II ) et les critiques des auteurs sont acerbes : celles de Balzac sont plus sociales et celles de Khaless plus politiques.

Donc rien de bien original dans l’histoire de Adam MAAROUF (et non pas Maafouf comme signalé dans la quatrième de couverture, faisant perdre ainsi tout le charme du jeu de mot servant de trame au roman) ” ce soldat naïf, déclaré officiellement mort, entreprend des démarches inouïes pour se faire reconnaître de ses semblables”.

Pire, l’auteur, professeur universitaire agrégé de littérature française, aurait dû signaler – par honnêteté intellectuelle – sa source balzacienne, ne serait-ce que par une phrase mise en incipit au lieu de la citation de Jean-Paul Sartre qu’il a choisie et dont on se demande à quoi elle rime.

Cela ne donne même pas envie de savourer le style de ce roman, bien écrit pourtant!

Bref, encore une fois, il s’agit d’un roman marocain décevant, navrant même..

Mais quand donc les éditeurs chargés de déceler les talents marocains feront-ils leur travail sérieusement? Savent-ils d’ailleurs le faire ce travail qui ne consiste pas qu’à faire imprimer des mots et tenter de les vendre.

Posted on11/07/2018CategoriesCoups de griffesLivres

Posté par citoyenhmida à 12:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 juillet 2018

UN PREMIER ROMAN EST SOUVENT “LABORIEUX” DANS TOUS LES SENS DU TERME.

Ecrire un premier roman s’avère souvent un exercice difficile, voire laborieux, besogneux pour un résultat qui ne répond pas forcément aux ambitions de l’auteur.

Il en est ainsi de “LES VENTS DE LA PLAINE” de Mohammed LAALLAOUI, paru chez les éditions MARSAM en 2012.

A ce sujet, j’ai remarqué, encore une fois, que le contenu de la quatrième de couverture de ce roman, à l’instar de la plupart des ouvrages édités au Maroc, relève plus de la publicité mercantiliste que d’une présentation littéraire de l’oeuvre. Les chargés de communication des maisons d’édition locales ne savent pas faire dans la retenue.

Ainsi le premier opus de Mohammed LAALLAOUI est-il présenté comme “un des romans les plus importants qu’on ait jamais écrit sur le Gharb”. Combien donc peut-on compter de romans écrits sur cette belle région du Maroc?

Mais revenons au livre en quetion.

Qu’a voulu nous raconter Mohammed LALLAOUI dans ce premier roman?

S’agit-il d’une autobiographie romancée? L’auteur nous a averti d’emblée que “les personnages de ce roman sont une création de l’auteur”.

Voulait-il écrire un roman historique situé dans une période cruciale du Maroc du premier mitan du XXème siècle, entre protectorat et mouvement national?

Tentait-il de nous offrir un roman d’amour ou plutôt d’amours au pluriel et désir au singulier?

Ne serait-ce pas plutôt une ode destinée à magnifier la femme européenne?

Le roman est en fait tout cela à la fois, d’où une confusion dans la narration et une profusion de personnages qui nuit à la fluidité du récit. Le lecteur se perd parmi une foule de personnages dont il saisit mal les liens supposés les unir.

Cette impression est accentuée par un style assez lourd et une recherche systématique de termes rares qui ne se justifie nullement. On peut se demander pourquoi Mohammed LAALLAOUI a recours à des mots comme : dionysiaques, hobereau, antithétiques, résipiscence.

Par ailleurs, il commet une erreur factuelle impardonnable pour le banquier-numismate qu’il a été : le sultan Mohamed Ben Youssef n’a pas été exilé à Madagascar durant l’été 1953 mais vers la Corse. Ce n’est que à la fin de l’année qu’il a éloigné à Madagascar.

Ce premier travail de Mohammed LAALLOUI reste prometteur : il est surprenant mais toujours agréable de voir éclore une vocation littéraire après une vie professionnelle dense et souvent sans rapport avec l’écriture!

Posté par citoyenhmida à 07:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 juillet 2018

Les 1/4 de finales de #Russia2018 en deux mots

Le tri sélectif continue systématiquement mais pas dans le sens que beaucoup d’observateurs espéraient !

La Coupe du Monde de la FIFA restera en Europe !

En deux mots, AMERICA OUT !

Renvoyés chez eux comme des petits minables, l’Uruguay et le Brésil, avec leurs vedettes et leurs stars. La FRANCE et la BELGIQUEs’affronteront pour une place en finale.

L’ANGLETERRE est mis fin à l’aventure de la Suède et affrontera …..la “petite” CROATIE (minuscule état de 57.000 km² et 4.150.000 habitants) qui a terrassé la grande Russie de Poutine (17.100.000 km² et 145 millions d’habitants).

A noter que, à bien regarder les quatre formations encore en course et en décortiquant les noms des joueurs et leur finale en “….IC”, la CROATIE est en fait la seule à présenter une équipe vraiment NATIONALE.

Posté par citoyenhmida à 07:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 juillet 2018

ENFIN UN EXCELLENT ROMAN MAROCAIN

Enfin, je tombe enfin sur un excellent roman marocain écrit en français..Bien écrit, bien construit, traitant de sujets actuels et brûlants, de manière objective, sans misérabilisme mais sans concessions!

Bahaa TRABELSSI a réussi un joli coup avec “LA CHAISE DU CONCIERGE” paru chez les éditions Le Fennec au début de l’année 2017.

Ce roman polyphonique aborde les problèmes actuels de Casablanca, dans cet environnement baignant entre modernité et tradition, entre islamisme activiste et émancipation religieuse, entre femmes libres et libérées et femmes soumises et exploitées, entre policiers et indics.

Chaque personnage nous apporte sa part du récit, ce qui permet au lecteur de suivre l’intrigue avec un intérêt soutenu, bien que l’on sache exactement qui a fait quoi! Mais la technique narrative choisie par l’auteure est attractive et attrayante.

Le fil conducteur du roman est la trajectoire sanguinaire d’un jeune fou d’Allah convaincu qu’il est sur terre pour assainir la ville, pour éliminer les mécréants, les pécheurs, les homosexuels, les voleurs et les apostats. Et bien sûr des femmes pécheresses !

Roman policer ou roman social, thriller ou documentaire, “La chaise du congierce” rappelle par certains aspects les premeirs romans de Yasmina Khadra sur la décennie noire qui a failli détruire l’Algérie!

Bien sûr la situation au Maroc n’est pas aussi alarmante, mais il est bon qu’un écrivain tire la sonnette d’alarme et Bahaa Trabelsi avec talent, avec calme et détermination : le danger de l’islamisme radical est présent, il rode autour de nous, il peut frapper n’importe qui n’importe quand !

Merci, Bahaa Trabelsi pour ce coup de semonce prémonitoire, d’autant qu’il est asséné avec un art de l’écriture rare!

Posté par citoyenhmida à 08:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 juillet 2018

Les 1/8èmes de finales en quelques mots

Ces 1/8èmes de finale de RUSSIA2018 se résument à :

> 3 duels fratricides entre des équipes européennes

> 1 duel fratricide entre des équipes latino-américaines

> 3 duels entre l’Europe et l’Amérique latine

> 1 duel entre l’Europe et l’Asie

Les résultats sont assez suprenants:

1/ La FRANCE sort l’Argentine et lève une malédiction qui traîne depuis des années car la France n’avait jamais battu l’Albiceleste dans un Mondial!

2/ La CROATIE confirme et sort le Danemark.

3/ L’URUGUAY balaie unpetit Portugal et Cavani éclipse Ronaldo!

4/ La RUSSIE pousse l’Espagne vers la sortie en la laissant faire 1000 passes en 120 minutes!

5/ Le BRESIL écarte le Mexique, grâce à un Neymar plus acteur que jamais

6/ La BELGIQUE malmenée se débarrasse du Japon, grâce à ses “marocains”.

7/ La SUEDE élimine la Suisse discrètement.

8/ L’ANGLETERRE se débarrasse de la Colombie après un match très compliqué!

Ainsi, on se retrouve avec HUIT EQUIPES qualifiées pour les 1/4 de finales dans des duels assez équilibrés géographiquement parlant :

> un duel fratricide entre deux pays de l’Europe de l’Ouest : SUÈDE – ANGLETERRE

> un duel fratricide entre deux pays d’Europe de l’Est : RUSSIE – CROATIE

> deux duels entre l’Europe et l’Amérique latine : FRANCE – URUGUAY et BELGIQUE -BRÉSIL.

Posté par citoyenhmida à 20:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]