Aujourd’hui, ce 1er Juillet de l’an de grâce 2016, entre en vigueur la loi n+ 77-15 interdisant la fabrication, l’importation, l’exportation, la commercialisation et l’utilisation des sacs en plastique, adoptée avec une belle unanimité en novembre dernier par les deux chambres.

Nous ne pouvons que nous réjouir d’une telle décision qui s’inscrit dans la continuité de la politique de préservation de la nature fixée par la Charte Nationale de l’Environnement

Il est en effet temps de voir disparaître ce genre d’images de nos paysages : cela défigure la nature, cela met en danger notre futur et cela plombe notre économie !

sacs

Très bien ! N ous ne pouvons qu’applaudir et tout entreprendre pour que cette loi soit effective dans notre vie de tous les jours!

Cela dépend beaucoup des autorités chargées de veiller à l’application de ce texte : seront-elles vigilantes et surtout assez réactives pour déclencher les procédures coercitives contre les contrevenants! Le texte prévoit des peines pécuniaires très lourdes!

L’éminence de la COP 22 qui doit se tenir à Marrakech en novembre prochaine explique en grande partie l’intensité de la campagne officielle menée dans les médias mais comme à l’occasion de toute campagne, il existe un fort risque de relâchement dès la fin de l’opération médiatique.

Cela dépend aussi et surtout de chacun de nous et des habitudes qu’il devra changer : le problème à ce niveau est encore très délicat. Ces derniers jours,, on a vu aux caisses des supermarchés et des grandes surfaces des clients s’emparer par brassées entières de sacs de plastiques. Ces clients avaient tout l’air d’être des personnes conscientes, au courant de la futur interdiction mais un sac en plastique peut être utile!

ZERO MIKA, certes !

Oui, mais encore ?

Par quoi remplacer le mika ? La gouffa? Peut-être! Les sacs en kraft, les fameux “9artass”? J’en doute, parce que on n’en trouve pas! Le papier journal. Ce serait un excellent usage de nos journaus, vu leur vacuité mais le danger de l’ancre n’est pas à négliger!

Mais soyons optimistes : les marocain/es sont suffisamment intelligents pour trouver la bonne solution.