Encore un 25 novembre sous le signe de la colère, de la rage et de l'impuissance face aux violences faites aux femmes !

 

 

images

Partout dans le monde, les chiffres sont terribles, notamment les violences qui leur sont infligées par leur compagnon ou ancien compagnon : bien que les statistiques soient en général relativement anciennes, les chiffres sont glaçants.

Des USA à la BELGIQUE, du BRESIL  à la NAMIBIE, de la SUISSE au BENGALADEH, de la RUSSIE au MAROC, les pourcentages de femmes violentées, souvent jusqu'à la mort,  par leur  compagnon atteignent des niveaux hallicinants!

En Europe et notamment en France, la lutte contre ce fleéau social se focalise sur la dénomination juridique du phénomène : les militant/es contre la violence faite aux femmes veulent introduire dans le droit la notion de "FEMINICIDE" c'est-à-dire : "le meurtre d'une ou plusieurs femmes ou filles en raison de leur condition féminine" -

A mon humble avis, là n'est pas la question !

Tous les jours, des femmes meurent, sous les coups de leur mari, de leur amant, de leur compagnon, de leur ex-mari, de leur ex-amant ou leur ex-compagnon! 

Voilà la vraie question: IL FAUT QUE CES CRIMES CESSENT et pour qu'ils cesent ils faut ques juges sont d'une EXTREME SEVERITE dans le cadre des autrorités compétentes que leur accorde la loi! La police et le justice doivent être intaitables!

Si la loi n'est pas assez sévère, militons-pour la changer! 

Si les juges ne sont pas assez sèvères, activons-nous pour dénoncer leur indulgence!

Si la société est tellement traumatisée, qu'elle prenne en charge ces victimes, par des soutiens psychologiques et srtout matéreils!, en ouvrant des centres d'accueil et des lieux de vie dignes.

En tous cas, la mort d'une femme demeure avant tout un CRIME, qu'il soit qualifié d'homicide (terme général) ou de féminicide (terme qui relève de l'approche de genre de ce problème)!

Une femme tuée reste une femme tuée, tuée pas parce qu'elle est "femme" ...Les meurtres et la violence dans les couples de lesbiennes  sont aussi nombreux proportionnellement que dans les couples hétéro.

Que la journée contre les violences faites au femmes ne se dévoie pas en de vaines querelles de mots ...Des milliers de femmes sont violentées à travers le monde : il faut que cela cesse! 

Cette violence contre les femmes n'épargne aucun pays, aucune classe sociale, aucune civilisation, aucune religion, aucun niveau de vie : voilà le vrai problème! 

 

P.S. Toujours une pensée pour celle qui se réconnaitra en ce jour important mais difficile pour elle!

 :