Le code électoral marocain est soumis à de très fréquents changements. A chaque nouvelle élections, il nous est proposé quelque chose de nouveau, sans que cela aiguise notre notre appétit pour la chose politique!

Je vous propose donc d'imaginer que les prochaines élections législatives de 2021 se déroulent selon de système du scrutin majoritaire à deux tours, selon le modèle français!

A savoir donc  que pour  être élu dès le premier tour, il faut obtenir :

1/ la majorité absolue - c'est à dire plus de 50 % -  des suffrages exprimés, 

2/ un nombre de voix au moins égal au quart du nombre des électeurs inscrits.

Ainsi nous ne trouverons plus au parlement des élus représentants la nation qui auraient récolté un pourcentage infime des électeurs inscrits. La réprésentation serait plus effective et plus conforme à la réalité. 

Pour se présenter ausecond tour, une semaine plus tard, obtenu un nombre de suffrages au moins égal à 12,5 % du nombre d’électeurs inscrits. Ainsi dans certains circonscritpions, on peut trouver trois candidats aux second tour ..

Et pour être élu, il aut avoir la majorité relative suffit.  

Ce système influera directement sur la constitution d'alliances et de coalitions entre les différents partis qui ont des programmes et des orientations convergeantes! lors du deuxième tour.

Imaginons donc ce que pourrait donner ce système dans notre paysage politique nationale !

Nous savons très bien que les marocain/es n'ont jamais adhéré au système de vote de liste, qu'ils n'ont jamais bien assimilé et qui va à l'encontre de l'idéee que nous nous faisons du vote : les marocain/es ont toujurs voté pour des personnes et non pas pour des idées! Même les marocain/es les plus politisé/es ...L'exemple le plus parfait de ce que j'avance est la non-élection sur la liste nationale des femmes -qui lui donnait pourtant toutes les chances d'être élue -  de Madame Nabila MOUNIB, femme politique très respectée mais dont la personnalité très abrupte  gêne les électeurs et les électrices....

Dans le cadre du système du scrutin majoritaire à deux tours, jamais certains députés n'auraient rêvé ,se voir sous la coupole du Parlement, parce que beaucoup d'entre eux n'ont pu   réunir qu'un nombre parfois dramatiquement risible de voix qui ne représente qu'un pourcentage encore plus dramatiquement risible des électeurs inscrits et bien sûr une part terriblement faible des citoyens/nes en âge de voter dans leur circonscription et qui ne sont pas inscrits!

Pour le deuxième tour, dans ce choix de scrutin, l'élection du député serait soumise dans beaucoup de cas de figures à des alliances entre partis qui entreneraient des repports de voix sur tel ou tel candidat :

Ainsi, nous pourrions voir les partis de gauche s'unir TOUS - de la gauche traditionnelle à l'ultra-gauche - pour faire élire un candidat de leur bord!

Le P.J.D. et l' le P.I. pourraient se tendre la main et réunir leurs électeur respectuifs autour d'un candidat de ce parti ou de celui-là car finalement iles uns et les autres  barbottent dans la même mare et il serait  honnête qu'ils le reconnaissent au yeux du peuple!

Si l'on veut écarter un candidat du P.A.M.,- parti qui pour beaucoup n'est pas du tout représentatif du peuple marocain - une entente entre la gauche  histroique et les partis traiditionnels pourraient lui faire barrage.

Au final, le parlement serait constitué d'une part par des déoputés ayant un ancrage populaire important et par d'autres ayant une assisse politique raisonnée et élaborée.

Le gouvernement qui en sortirait aurait la vertu d'être homogène et il pourra s'appuyer sur une majorité stable car elle aurait été préparée à l'avance : nous ne revirions splus la situation kafkaienne qui a suivi les élections de 2016 avec un P/J/D/ certes arrivé premier aux élections mais incapable de former une majorité qui tienne la route!

Benkirane n'a rien compris à la situation et Othmani semble dépassé par la même sutuation!

Vous me direz que cela relève du rêve ! Oui, dans une certaine mesure car il faudrai pour cela que : 

  • les responsables des partis politiques changent car les dirigeants actuels ne pensent qu'à une suele et unique chose : s'assurer une place autour de la table du onseil des ministres!
  • les nouveaux dirigeants politiques soient animés d'un esprit civique et patriote leur permettant de voir d'abord l'intérêt du pays et du peuple avant le leur propre situation personnelle

Je vous répondrez que cela peut et doit se réaliser sinon nous fonçons droit dans le mur, comme beaucoup de nos amis arabes qui sont au bord du gouffre sinon dans le gouffre même pour ne pas avoir su réagir à temps à l'incompétence de leurs dirigeants et à l'incurie de leur classe politique! 

A BON ENTENDEUR SALUT !