Pendant près de deux semaines, j’ai sillonné l’Egypte au pas de course, dans le cadre d’un voyage organisé et j’en ai ramené de tonnes de souvenirs et d’impressions que j’ai partagées avec vous.
J’en ai rapporté bien entendu des centaines de photographies, prises à main levée, sans réglage, des prises de vues que j’ai saisies au fil des heures passées dans le car, ou lors de visites des sites les plus courus, ou simplement au hasard ..

De toutes ces photos, j’en ai sélectionnées une vingtaine que je vous dédie en espérant vous donner envie de visiter ce pays, étrange et pourtant si familier, immense mais pourtant réduit dans l’imaginaire des gens à quelques sites touristiques…Une vingtaine de photographies que je me suis permis de commenter pour leur donner un peu plus de vie et de sens …

D’abord des photos prises dans des monuments…Je laisse à part les Pyramides et le Sphinx car il est pratiquement de réaliser des shoots qui ne soient pas convenus et répétitifs….Il est certain que visiter un temple pharaonique, la nuit, sous les feux des projecteurs, constitue une expérience très impressionnante …J’en ai gardé quelques très belles (j’espère) traces que voici.

D’autres temples, même sous le soleil écrasant du printemps égyptien, restent tout aussi impressionnants et je ne vous cacherai pas, entre les immenses colonnes du temple de Karnac, j’ai vécu un moment très spécial …En toute honnêteté, j’ai cru entendre des voix venant de je ne sais où, tellement j’étais sous le charme de l’endroit….IL faut reconnaitre qu’il y a de quoi…

Le Caire en tant que ville ne laisse pas un bon souvenir …Les embouteillages, le bruit, la saleté, le comportement des vendeurs, y sont pour beaucoup …Mais j’ai voulu garder de la capitale égyptienne cette image que je trouve sublime : Le Caire vu du haut de sa fameuse tour, avec le Nil, la ville et les Pyramides à l’horizon …

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je voulais revoir la place Tahrir, le Maidan Tahrir, qui a vu basculer le destin de l’Egypte durnt ce fut le « Printemps arabe »…Il n’en reste pas grand-chose ….L’endroit a été banalisé à l’extrême, transformé en un vaste enclos bétonné, quadrillée, sans aucune trace d’âme et ni rien qui puisse raviver le souvenir des moments parfois terribles de l’hiver 2011, à part une plaque bleue oubliée sur une grille rouillée !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Mais Le Caire sans le « Café Fichawi » ne serait pas Le Caire, sauf que ce lieu mythique, longtemps fréquenté par l’élite intellectuelle de l’Egypte n’est plus ce qu’il y était : Najib MAHFOUD serait scandalisé d’être dérangé dans ses rêveries par une foultitude petits ou vieux vendeurs à la sauvette qui vous proposent mille et une babioles et qui phagocytent votre instant de plaisir dédié à une Egypte d’antan, aujourd’hui disparue. Mais le thé y est très bon et le chanteur ambulant chante Abdelwahab avec un certain talent.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’Egypte n’est pas que le Caire, bien sûr mais l’Egypte n’est que le Nil. Comment résumer le Nil en quelques photographies, ce serait prétentieux et ridicule de ma part. J’ai donc pris au hasard quelques prises de vue de ce don du ciel qui irrigue l’Egypte et lui sert aussi de cœur et de poumon !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Et en remontant (ou en redescendant) vers la Méditerranée, j’ai ramené des prises de vue d’Alexandrie, jadis belle ville cosmopolite, ouverte sur le monde, ville chargée d’histoire, mais actuellement ville comme abandonnée, livrée à l’oubli, malgré ses presque trois millions d’habitants, ville comme mutilée, blessée, léprosée par l’humidité et le manque d’entretien. J’ai préféré gardé de cette ville une prise de vue que j’ai voulue consciemment « cartepostalisée » pour effacer le souvenir douloureux que j’ai gardé d’Alexandrie.

Et pour finir, j’ai voulu garder le souvenir de ce jongleur-danseur de « tanoura », espèce de derviche tourneur inspiré et de saltimbanque de quartier qui fait l’admiration des touristes qui n’ont plus grand-chose du folklore égyptien à admirer depuis que la musique, le chant et la danse sont pratiquement mis à l’index dans la société égyptienne aussi perdue que ce pauvre prétendu artiste !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA