Quand on veut taper sur un personnage dont on ne partage pas ni les idées ni la façon de voir le monde ni la manière de prioriser les événements et que, de surcroît, on trouve profondément antipathique en tant qu’homme, la moindre des choses est de lire ses écrits et d’écouter ses déclarations pour mieux se délecter de sa descente en flammes.

Il en est ainsi donc de B.H.L. pour les intimes , de Bernard-Henry LEVY de son vrai nom! Personnage médiatique surfait, surexposé, surmédiatisé, surjoué et surtout d’une suffisance telle qu’il se prend à la fois pour un romancier, un philosophe, un historien, un penseur, un diplomate, un cinéaste, un témoin de son siècle et même un faiseur de rois.

Son dernier opus L’EMPIRE et LES CINQ ROIS paru en avril 2018 chez GRASSET est le parfait exemple de ce sait faire B.H.L. et de la manière dont il procède.

Je tiens d’emblée à reconnaître à B.H.L. un talent de “rédacteur” assez exceptionnel : il écrit bien, il manie avec aisance les citations, les noms propres, les faits et les divagations…..j’allais dire les réflexions. Ainsi l’écriture de B.H.L. ressemble-t-elle à l’homme : élégante mais vide, fluide mais creuse, accrocheuse mais inconsistante. Exactement, comme l’est B.H.L. sur un plateau télé !

B.H.L. a donc pris fait et cause pour les kurdes – pourquoi pas après tout, toutes les causes sont défendables! Sauf que là, B.H.L. en profite pour faire étalage de tout ce qu’il a dû apprendre quand il était au Lycée Louis le Grand, à Paris, durant les cours de khâgne et hypokhâgne !

Et le voilà qui se compare à Polybe, Hérodote – il sait choisir ses modèles – , et le voilà met ses pieds dans les traces intellectuelles de Tocqueville – excusez du peu -, il discute d’égale à égal avec les grands de ce monde – c’est la moindre des choses de la part d’un philosophe surtout s’il s’est autoproclamé philosophe, – il défend la veuve et les orphelins, surtout s’ils sont kurdes, parce que cela fait tendance, puis personne ne sait exactement de qui il retpourne quand il s’agit de kurdes!

Dans ce livre, on ne sait pas exactement si B.H.L. parle des kurdes ou s’il parle de lui et c’est tout le paradoxe de l’oeuvre de ce monsieur.

Il tient à être au centre du monde, même si pour cela il doit foutre le bordel le plus total : on l’a vu déjà auparavant …En Yougoslavie, en Ukraine mais surtout en Libye!

Mais il ne faut pas s’étonner des actions e B.H.L. : il est sioniste, il le revendique et il en profite! Il ne faut pas se scandaliser de ce que peut écrire ce monsieur qui a oser qualifier l’armée israélienne qui bombardait les civils de GAZA de “ARMEE LA PLUS MORALE DU MONDE”!

Lisez ce livre de BHL mais un conseil, ne l’achetez pas, ne mettez pas un centime de votre argent dans la promotion de sa prose emphatique et prétentieuse! Lisez-le pour savopir comment la propagande se construit et comment un éditeur peut vendre du vent médiatique!

P.S. : je pense aux pauvres kurdes …BHL va se faire encore su pognon sur leur dos, avec ses livres, ses films, ses photos bien cadrées, alors que le peuple kurde continue à vivre son calvaire! Merci B.H.L. !