Je suis souvent très sévère avec les écrivains marocains francophones, trop sévère me reprochent certains de mes amis, parfois même “acerbe” dans mes remarques !

Je revendique cette position car j’ai trop de respect pour l’objet “LIVRE” et je considère que si l’on n’est pas capable d’en produire de respectable, il vaut mieux s’abstenir!

Or, pour rédiger un texte littéraire digne d’être partagé avec d’autres, il faut s’être entraîné longuement en vue maîtriser la langue, mais aussi avoir passé du temps à stimuler son imagination, avoir manipulé tous les moyens pour construire un récit ou monter une intrigue et aussi avoir lu, relu, imité les grands de la littérature avant d’oser se lancer de sa propre aventure littéraire.

Pour cela, je conseillerais à tous ceux qui veulent tenter cette expérience, surement exaltante, et même à ceux qui l’ont déjà tentée, de feuilleter le petit ouvrage de Anne ROCHE, Andrée GUIGUET et Nicole VOLTZ intitulé “L’ATELIER D’ÉCRITURE – Éléments pour la rédaction du texte littéraire” paru en octobre 2000 chez NATHAN – collection Lettres Sup.

Ils y trouveront des exercices ludiques mais pas très faciles pour apprendre à esquisser les premiers pas dans la rédaction de textes littéraires :

– jouer avec les mots,

– réaliser du “traitement de texte” (ce qui n’a rien à voir en l’occurrence avec la mise en forme d’un texte d’un point de vue typographique) mais qui relèverait plutôt de la manipulation de textes,

– stimuler son imaginaire,

– construire des modèles de récits,

– apprendre à maîtriser les effets que l’on veut produire sur le lecteur,

– traduire en mots ses rapports avec le monde,

– pour arriver finalement à écrire une “nouvelle” avant de se lancer dans une expérience littéraire plus complexe.

Si tous les auteurs prenaient la peine de suivre ses conseils, je suis certain que nous trouverions surement moins de romans sur les étagères de nos librairies mais que leur qualité seraient bien supérieure à ce que les éditeurs nous “fourguent” généralement.

En tous cas, personnellement j’ai beaucoup appris dans cet ouvrage pédagogique. Et cela me conforte dans ma modestie : je n’arriverai jamais à écrire un livre qui mérite d’être publié mais je continuerai à respecter les livres bien écrits.