Dimanche dernier, les marocains ont marché à RABAT pour marquer leur refus catégorique de permettre à BAN KI MOON, le secrétaire général de l'O.N.U. l'usage du vocable "OCCUPATION" pour qualifier la présence du Maroc dans nos provinces du Sud.

Des centaines de milliers de marocains étaient donc présents dans ce que l'on peut appeler "Rabat-intra muros", c'est à dire le centre ville de la capitale;

Des centaines de photographies en attestent, des centaines de vidéos nous les montrent ! Les journaux télévisés, la presse écrite, les sites d'info, les radios nous ont inondés de chiffres, plus ou moins exagérés, plus ou moins contradictoires, plus ou moins crédibles, concernant les marcheurs!

Peu importe la polémique que certains ont voulu créer autour de ces chiffres. Ils ont tout simplement oublié que chaque manifestation cone lieu à ce genre de confrontation!

Le fait est que le Maroc, les marocains et les marocaines se sont exprimé ce dimanche et on ne le souligne pas assez avec une très grande spontanéité, en dehors des grandes opérations d'encadrement qui caractérisent en général ce genre d'opérations.

Je retiens encore une fois à cette occasion la faillite de nos médias en terme d'information et d'analyse : tous les médias se sont alignés sur certains éléments de langage et certains faits!

Ainsi, ils ont tout simplement oublié, passé sous silence, occulté un aspect absolument fondamental de cette marche populaire !

Si le centre ville de la capitale était envahi par des milliers et des milliers de marcheurs, TOUTES LES ENTRES DE LA VILLE étaient engorgées par la présence de milliers de voitures personnelles, de cars, de mini-bus, de camions, transportant un nombre totalement hallucinant de citoyens et de citoyennes venus pour beaucoup PAR LEUR PROPRE VOLONTÉ pour participer à cette marche.

Si tous ces citoyen(ne)s sont resté(e)s bloquées bloquées aux différentes entrées de la capitale, pour des raisons d'ordre logistique, sécuritaire et organisationnel, ils n'en étaient point moins présents par leur coeur et leur esprit avec leurs compatriotes qui ont pu atteindre le lieu de rassemblement au centre de Rabat.

Ce sont ces marocain(e)s que nos médias ont oublié d'honorer, car malgré la frustration de ne pas avoir pu marcher, malgré les heures passées sous le soleil dans des conditions parfois difficiles, on n'a enregistré aucun signe d'énervement ni aucun incident,

Dès la fin de la journée, Rabat a repris son aspect habituel, ses accès étaient dégagés et les citoyens(n)es venus de tous les coins du royaume étaient sur le chemin du retour à leurs localités d'origine.

Je tenais, par ce billet, à rendre hommage ici à tous ces marcheurs qui n'ont pas pu marcher mais qui ont participé à leur manière à ce grand moment de solidarité et d'union nationale!

Bravo à eux !