La régionalisation avancée est lancée et dans une des régions les plus sensibles du pays, à savoir la Région Tanger-Tétouan-Al Hoceima, les bases d’un programme de gouvernance régionale sont déjà mis sur pied avec notamment le développement spatial de la province d’Al Hoceime.

Ce programme ambitieux ne pourra, LOGIQUEMENT et POLITIQUEMENT, être mis sur pied sans la totale collaboration de tous les signataires de la “convention relative à la mise en œuvre du programme de développement spatial de la province d’Al-Hoceima (2015-2019)” dans laquelle la Région Tanger-Tétouan-Al Hocaima, représentée par son président Ilyas OMARI, par ailleurs dirigeant notoire du Parti Authenticité et Modernité, est partie prenante de façon tout à fait normale.

Le discours prononcé par Ilyas OMARI devant le souverain à l’occasion de la signature de cette convention est suffisamment significatif!

Or, on apprend par ailleurs que le Parti Justice et développement refuse “toute forme de collaboration avec la PAM dans les territoires où Omari est présent.

Comment peut-on espérer donc une quelconque efficacité de la part de conseils territoriaux comme le conseil régional de Tanger-Tétouan-Al Hocaime si une telle affirmation se concrétise?

Un tel comportement aurait-il des visée qui dépasse la cadre purement politique, le cadre d’une rivalité entre deux partis politiques en compétition pour le contrôle de cette région?

Cette prise de position ne risque-t-elle pas de bloquer le fonctionnement normal d’une institution nouvelle qui peut servir d’une part de levier au développement de tout le pays et d’autre part de déclencheur pour la solution finale et définitive du faux problème du Sahara?

Le P.J.D. prépare-t-il déjà les élections législatives de 2016 en prenant des postures victimaires ou accusatrices – selon les cas et selon la géographie – pour maintenir la flamme militante de ses adhérents?

En démocratie, il faut accepter le résultats des élections après que les recours légaux aient été menés! Le souverain l’a rappelé dans son discours lors de l’ouverture de la présente session parlementaire :

Il va sans dire que quiconque s’estime lésé en raison de certains dépassements, somme toute isolés, que connaît d’habitude la pratique démocratique, garde la latitude de saisir la justice“.

Le P.J.D. aurait-il ue autre conception de la démocratie? Qu’il nous le dise clairement!

Dans le cas contraire, il serait plus sage pour le parti de Abdellilah Benkirane et pour ses dirigeants locaux et régionaux de retrousser leurs manches et de montrer au peuple marocain qu’ils ne pas pas élus uniquement pour mettre les bâtons dans les roues à leurs adversaires mais pour travailler à faire avancer ce pays!