……….SUITE

Les élections régionales, pourtant extrêmement importantes du double point de vue de la politique génaérale (le sort des nos provinces du Sud est en jeu) et de la gouvernance du pays, ne semblent pas intéresser outre mesure nos hommes et femmes politiques.

Ils et elles semblent obnubilé(e)s par les élections communales et municipales ! A croire que le poste de maire de Casablanca ou de Rabat est plus important que celui de président du conseil de la Région !

Pourtant, les prérogatives du président de région sont plus importantes que celles de maires!

Je crois quen j’ai trouvé la raison de cette désaffection : le régime des incompatibilités! !

En effet, les articles 16 et 17 de la loi organique sur les régions fixe les incompatibilités avec le poste de Président de Conseil Régional.

Il faut signaler les restrictions purement administratives prévues par l’article 16 qui écarte d’une part du poste de président de région ou de vice-président les comptables publics dont les fonctions sont en lien direct avec la région et d’autre part des postes de vice-président de région les salariés du Président.

Par ailleurs, un président de conseil régional ne ne peut pas cumuler son mandat avec celui de président ou de vice-président d’une autre collectivité territoriale ni avec celui de président ou vice-président d’une chambre professionnelle.

Enfin et surtout, le mandat de président de région est incompatible avec le statut de ministre, de représentant, de conseiller ou de membre du C.E.S.E.

Ces règles limitent donc de manière très stricte les possibilités de cumul et par là même rendent la fonction de président de région peut attractive!